L'insurrection, derrière le coin

Le sommeil des nations fait naître des monstres.

Posts Tagged ‘ANI

L’ANI, les solfériniens et Mélenchon

with one comment

LhumainParlementEn 2013, le capitalisme financier fait rage sur la planète. De nombreux politiciens font semblant de le découvrir depuis peu avec l’éclatement de la « crise » financière, mais continuent à le renforcer. Pourtant, depuis le tout début de ce changement mondial, d’autres le dénonçaient déjà, comme c’était le cas de Jean-Luc Mélenchon en 1993. Je vous livre ici un extrait de l’une de ses explications de vote du 3 novembre 1993, où il dénonce une « forme nouvelle de capitalisme financier transnational, qui se joue des frontières, qu’il utilise au profit de ses objectifs d’accumulation »:

« M. Lederman met le doigt sur un problème dont ce que nous appelons la délocalisation n’est, en définitive, qu’une sorte de pic. En vérité, l’ensemble du système économique dans lequel nous évoluons s’est profondément modifié. A sa pointe extrême, nous avons une forme nouvelle de capitalisme financier transnational, qui se joue des frontières, qu’il utilise au profit de ses objectifs d’accumulation. De manière consubstantielle, se construit un capitalisme marchand transnational, avec des formes d’organisation et de répartition du travail qui sont, à proprement parler, totalement inédites, et en face duquel la communauté nationale est incapable de produire un droit ou un modèle de régulation, au point que plus d’un analyste a pu parler de l’émergence d’un droit privé transnational se jouant des règles édictées par la communauté internationale, au sens littéral du terme, à savoir « inter-nations ».

Une espèce de deuxième monde économique se met donc en place, qui échappe à toute règle et ne respecte d’autres normes que celles de ses arbitrages internes. La délocalisation ne constitue qu’une facette de ce phénomène plus large. Dans ces conditions, M. Lederman a parfaitement raison d’affirmer que le moment est venu pour les collectivités nationales, pour nous législateurs, de faire en sorte que la volonté collective et la régulation démocratique interviennent là où ne joue que la libre volonté des acteurs en présence. C’est pourquoi nous serions a priori plutôt enclins à voter cet amendement, monsieur Lederman. Et les objections qui ont été présentées nous y incitent presque davantage. On ne peut accepter l’argument selon lequel quelques emplois pourraient être sauvés si telle ou telle entreprise pouvait délocaliser une partie de ses activités. En effet, cela signifierait, en définitive, que nous acceptons que, dans la gestion de la production, entre de l’emploi sous-payé et sous-qualifié. Cela, bien sûr, nous ne pouvons l’accepter. »

Vingt ans plus tard, ce capitalisme financier transnational a pris une ampleur destructrice. Le Front de Gauche continue à vouloir le combattre avec une obstination inébranlable. Ne nous trompons pas de gauche. Elle n’est certainement pas dans le coeur de ceux qui votent actuellement l’ANI à l’Assemblée Nationale, ni dans celui de ceux qui l’appellent de toutes leurs forces, depuis le gouvernement et l’Elysée.

Cet accord honteux – travaillé sur un texte du MEDEF, dans les locaux du MEDEF et signé par une minorité de syndicats – détruit le droit des travailleurs avec une violence inouïe, jamais atteinte auparavant. Ce qui est dégagé s’inscrit dans la logique mortifère du capitalisme financier transnational.

Il ne faut pas se laisser distraire par la diversion que pratique actuellement le PS avec ses attaques contre Mélenchon. Braquons les projecteurs sur sa politique concrète, ne perdons pas un seul vote de vue! Les élus PCF (FdG) ont introduit 4500 amendements pour contrer le MEDEF et défendre le droit des travailleurs.

On lâche rien!

Written by L'insurgé

07/04/2013 at 12:21

Publié dans Politique

Tagged with , , , , ,