L'insurrection, derrière le coin

Le sommeil des nations fait naître des monstres.

Posts Tagged ‘vote

Mélenchon ne se désistera pas pour le PS

with 7 comments

Mélenchon et Montebourg à Dole, AFP / Jeff Pachoud

Dans mon dernier article j’ai réagi de façon assez dure envers M. Montebourg, à propos de sa déclaration sur le désistement de Mélenchon s’il était désigné candidat du PS. Connaissant très bien Mélenchon et sachant que jamais il n’avait fait une déclaration pareille, ni formulé une quelconque intention, j’ai été choqué par la déclaration de Montebourg et sa façon de vouloir se poser en rassembleur de la gauche à tout prix, même en dépassant les bornes.

Hier, j’ai décidé de lui poser la question directement et savoir exactement quand Mélenchon lui a fait part d’une intention pareille. Voici sa réponse:

Je pense être allé un poil trop loin dans l’interprétation qu’il m’a lui-même au téléphone permis de faire de ses propos. J’avais compris qu’il était sensible à mes propositions et que, en déclarant qu’il pourrait s’entendre avec moi si j’étais le candidat socialiste, dès le premier tour, qu’il en tirerait quelques conséquences. Mais ce n’est pas à mes yeux le principal, je m’en suis expliqué avec lui au téléphone avec humour (et amitié).

C’est donc un démenti clair et net, Mélenchon n’a jamais tenu ce genre de propos. Non, Mélenchon ne va pas se désister au premier tour pour le candidat du PS, même si celui-ci était M. Montebourg.

Maintenant, ce que je trouve hallucinant, c’est la liberté que s’est accordée M. Montebourg de « croire que », « comprendre que ». Pour lui, c’est Mélenchon qui devrait en tirer des conséquences et se retirer? Sans blague? Et pourquoi il ne pourrait pas envisager lui de se désister? Ca ne peut aller que dans un sens?

Une autre question me vient à l’esprit. Si M. Montebourg n’est pas désigné candidat du PS (et une fois de plus, les vieux mammouths socio-démocrates auront eu raison de lui, comme ce fut le cas en son temps avec Mélenchon, Dolez et d’autres de l’aile gauche du PS), que va-t-il faire? Va-t-il rester au PS? Va-t-il avoir la force de quitter le PS pour défendre ses idées, en sachant que dans le cas contraire il sera amené à défendre les idées d’un socio-démocrate qui aura été désigné pour la présidentielle? A-t-il envisagé ne fut-ce qu’une seconde de se rallier au Parti de Gauche? S’il reste dans le PS, que fera-t-il de ses idées, maintenant, quand le pays brûle et que la situation globale et mondiale est tellement grave qu’il ne peut plus se situer dans une optique de carrière mais d’action?

Nous verrons cela dans très peu de temps. Et sincèrement, je ne lui souhaite rien d’autre que d’être désigné candidat du Parti Socialiste.

Publicités

Written by L'insurgé

27/05/2011 at 15:31

Regardons SssssStrauSsssSS-Kaa dans les yeux, petits Mowgli…

with 2 comments

Je viens de lire dans Le Monde une interview hallucinogène de campagne électorale présidentielle de M. François Kalfon, porte-flingue de M. Dominic Strauss-Kahn. Je ne ferai pas le plaisir au journal marchand Le Monde d’indiquer ici un lien direct vers cette interview, car à chaque fois que nous indiquons un lien vers un site ennemi, nous faisons monter sa quotte de popularité dans le classement de Google. Ceux qui veulent le lire en entier le trouveront sous le titre Le score de DSK nous met à l’abri d’un nouveau 21-avril.

Qui est donc ce bon monsieur Kalfon, auquel le monde offre un grand espace de publication? La publication nous le décrit comme spécialiste des sondages du PS et proche de M. Strauss-Kahn.
Attention, on ne rigole pas! Monsieur est spécialiste (ça fait toujours bien, la mention spécialiste).Et pas n’importe lequel! Des sondages! Lui, quand il lit un sondage, c’est comme une boule de cristal, il sait tout lire. Sacré sorcier, M. Kalfon. Toute l’interview il va essayer de nous ensorceler, en nous faisant croire que la seule solution à droite gauche est incarné par M. Strau$$ss-Kahn.

Normal, le gars essaie de profiter de l’opération lancée par l’Elysée, avec le sondage bidon qui donne Mlle Jean-Marine Le Pen gagnante à la grande loterie nationale, même si le tirage au sort des numéros déjà choisis par le Système a lieu dans seulement un an… Que vouliez-vous d’autre, quand on lui sert sur un plateau une occasion pareille?

Le seul problème est que ce spécialiste des sondages n’a pas compris une chose: le petit Mowgli ne se laisse plus hypnotiser par le regard du serpent Kaa et ne croit plus toutes ces sornettes. Au secours, Marine Le Pen  vient nous manger crus, vite, tous derrière Strauss-Kaa! Naaan, ça ne marche plus. Vraiment plus! Le truc de magicien de la menace fasciste et du superman qui vient pour nous sauver, directement de Washington d’où il affame les peuples, cela ne marche vraiment plus. Le coup des sondages orientés et faussés non plus.

Naturellement, dans une si longue interview, en une du Monde, il était impossible qu’il n’aborde le sujet qui le hante le plus: Mélenchon.

Comment le PS compte-t-il capter les suffrages potentiels de Jean-Luc Mélenchon ?

François Kalfon : Vous savez, d’abord, Jean-Luc Mélenchon, en faisant le choix de taper plus sur la gauche que sur la droite, et de laisser entendre ainsi aux électeurs que la victoire de la gauche n’est pas son problème principal, contient en lui-même ses propres limites.

Il est temps que Jean-Luc se ressaisisse. Je le comprends, c’est humain. Après avoir été pendant plus de trente ans au Parti socialiste, avoir subi un amour déçu, il est aujourd’hui dans le ressentiment. Alors qu’il a vocation, avec nous, avec sa sensibilité, à construire l’alternance.

Ça, les électeurs le voient, le ressentent. Je vous ai dit tout à l’heure à quel point, pour notre électorat, la victoire de la gauche est ressentie comme une urgence. Quand Jean-Luc Mélenchon donne le sentiment de lutter davantage contre son camp que contre la droite, une partie des électeurs le quittent.

Dans la dernière enquête IFOP, par exemple, c’est – 3 points pour Mélenchon, alors que s’il choisissait, au contraire, d’apporter dans le débat public ses solutions face au décrochage des catégories populaires, je suis convaincu que toutes les voix de la gauche s’additionneraient.

Nous ne sommes donc pas, au PS, dans une course à l’échalote pour récupérer les voix de l’extrême gauche, nous devons au contraire afficher calmement et de façon lisible quelle est notre cohérence : authentiquement de gauche et totalement en capacité d’apporter demain au gouvernement des transformations réelles, des améliorations concrètes dans la vie des Français, et au premier chef, ceux qui subissent de plein fouet les effets de la crise.

Là, nous sommes en plein délire. Mélenchon tape plus sur la gauche que sur la droite? Absolument pas: Mélenchon tape sur la droite de la gauche, qui fait partie de la droite tout court. Et j’associe mon coup à celui de Mélenchon et tapons fort sur cette droite: vous, les oligarques du PS,  n’êtes pas de gauche! Dominic Strauss-Kahn n’est pas de gauche. Un homme de gauche ne ferait pas ce qu’est en train de faire actuellement Strauss-Kahn en tant que directeur du Fond Monétaire International (FMI). Mélenchon tape sur ces politiciens socio-démocrates (quand ils ne sont pas carrément libéraux) qui sont présents dans le PS et qui font la politique de droite de l’UMP. C’est ce que nous, le peuple d’en bas appelons l’UMPS.
Si vous considérez que vous n’êtes pas de droite et que vous représentez la gauche, expliquez-nous, s’il vous-plait, pourquoi en 2005 vous avez mené campagne et vous avez voté pour le « oui » au TCE? Si vous êtes de gauche, expliquez-nous comment pouvez-vous prétendre vouloir appliquer une politique de gauche au niveau national alors qu’au niveau supra-national – au Parlement Européen- vous votez les mêmes mesures libérales que vos supposés opposants, les libéraux? Expliquez comment vous voulez appliquer cette politique de gauche alors que vous vous empêchez au niveau supra-national, car tout ce que vous votez au Parlement Européen doit être transposé en droit national et suivi? Arrêtons les phrases creuses et les idées vides, parlons concrètement: comment comptez-vous y arriver?

Je passe sur le reste de son bla-bla et mise en scène style « les feux de l’amour » version PS (franchement, pas mieux que la série qui passe à la télé). Son niveau est suffisamment bas et stupide pour que je n’y consacre pas mon énergie. Je ne vous dis qu’une chose: si vous êtes authentiquement de gauche comme vous le prétendez, vous allez devoir le prouver. En attendant, comptez sur notre énergie et notre capacité de comprendre votre mascarade: nous allons vous exploser à coups d’idées, à coups d’arguments, nous ferons de la sorte que le PS revienne à une ligne de conduite de gauche. Le Front de Gauche est authentiquement de gauche et nous pouvons justifier pleinement notre Gauche. Vous, malheureusement, vous êtes incapables de justifier votre Socialisme. Et cela, nous ne le pardonnons pas. Nous écrasons.

Merci Le Monde pour la propagande pro-Strauss-Kahn. Vous avez raison de préparer le terrain pour votre futur élu de droite, vous avez compris que M. Sarkozy est fini (mais méfiez-vous de lui, il est fourbe…).

L’insurgé

Written by L'insurgé

11/03/2011 at 21:42